Running : les bras, solution miracle de la foulée ?

On pense souvent que l’on a besoin uniquement de nos membres inférieurs pour courir. Ceci est complètement faut. Il s’avère qu’une bonne utilisation des bras permet d’économiser de l’énergie.

Il n’est pas question ici d’affirmer que les bras ont un rôle prédominant dans la course à pied mais leur mauvaise utilisation peut potentiellement réduire vos performances, en raison d’une dépense d’énergie inutile. 

Pour affiner votre équilibre

Il est clair que les bras ne vont pas remplacer vos jambes pour courir. Ceci dit, une bonne coordination entre vos membres inférieurs et votre haut du corps vous offrira une meilleure aisance. Car le rôle essentiel des bras est d’équilibrer le corps. Naturellement, lorsque votre pied droit avance, votre bras gauche fait le balancier. Le tronc et les jambes sont donc en opposition.

Trouver une posture adéquate sera alors capital pour tenir un footing sur la durée. 

Pour cela, vous devrez regarder devant vous (environ 20m) pour éviter de pencher le buste, tout en faisant attention à où vous courez. Gardez le dos droit, les épaules dégagées et grandissez-vous le plus possible. Le coureur lambda devra essayer de privilégier au maximum une attaque légère au sol par le talon pour dérouler ensuite le pied sans exagérer.

Il ne faut pas verrouiller le bassin car cela peut avoir des impacts au niveau du genou. À cela s’ajoute une bonne position des bras. 

En effet, vos bras doivent être courts et proches du corps, assez bas, à peu près au niveau des hanches avec les coudes à 90° qui montent un peu derrière.

Quelques astuces avant et pendant la course

S’aider d’un coach ou d’un entraîneur est, évidemment, la meilleure option pour corriger la position des bras. Si vous préférez courir seul, quelques astuces sont donc à prendre en compte. Dès votre échauffement ou le début du footing, vous pouvez intégrer des assouplissements de bras et des mouvements d’épaules pour vous détendre. 

Pendant la course, vous pouvez lâcher et détendre les bras vers le bas de temps à autre. Il faut éviter les mouvements parasites, coûteux en énergie. 

Voilà, vous savez maintenant ce qui vous reste à faire pour une course des plus réussies !

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *