Nutrition – Mieux Comprendre votre métabolisme !

Il est difficile d’allier sport et nutrition et ne pas devenir obèse, surtout si on ne connaît pas son métabolisme.

En effet, tout découle d’une donnée qui nous est très personnelle : notre métabolisme. Essayons de l’identifier, le comprendre et d’apporter quelques réponses utiles à votre évolution.

Tout savoir sur le métabolisme !

Anabolisme et catabolisme

Il faut savoir que votre métabolisme varie entre deux états. Il s’agit des états d’anabolisme et de catabolisme : en des termes plus simples, votre corps va soit construire du muscle, soit en détruire. 

L’anabolisme, c’est le résultat de réactions biochimiques issues de la digestion d’aliments, qui permettent la synthèse (ou la construction) de ce qui compose votre corps. Cet état est maintenu par un apport régulier en protéines, glucides et lipides. C’est pourquoi il est important de bien manger, régulièrement, afin d’assurer un état anabolique constant. À l’inverse, le catabolisme désigne l’ensemble des réactions qui vont dégrader les tissus. Cet état apparaît généralement lors de phases de jeûne alimentaire, par exemple lors de la nuit, puisque nous cessons de nous alimenter pendant le sommeil.

L’anabolisme et le catabolisme sont aussi étroitement liés à votre activité physique, et votre métabolisme aura besoin de quantités différentes de protéines, glucides et lipides si vous restez assis sur votre canapé ou si vous êtes un adepte de la fonte.

Métabolisme basal et métabolisme actif

Il faut donc bien différencier ce que l’on appelle le métabolisme basal, c’est-à-dire les besoins minimum pour assurer la survie de votre organisme au repos, et le métabolisme actif qui correspond à ces mêmes besoins plus les apports nécessaires pour palier à vos dépenses énergétiques telles que le sport. Il existe des formules, disponibles sur internet, assez simples pour calculer votre métabolisme basal.

Bien sûr, vous allez vous rendre compte que certaines personnes perdent du poids plus rapidement que d’autres, ou, à l’inverse, prennent du poids avec plus de facilité que certain(e)s. La raison en est simple, nous sommes tous différents et nous naissons avec une tendance à être plus ou moins enrobés ou secs, paresseux ou hyperactifs. Et là, encore une fois, la réponse se trouve dans notre métabolisme. Certain(e)s vont avoir un métabolisme plutôt lent (ou bas) tandis que d’autres vont avoir un métabolisme relativement rapide (ou élevé). C’est pourquoi il est important que vous vous observiez et puissiez dire, sans tricher, dans quel cas vous vous situez.

Comprendre le métabolisme lent

Un métabolisme plutôt lent exige une attention toute particulière. En effet, la consommation en énergie est assez faible, vous vous sentez probablement fatigué et ressentez de manière régulière des difficultés à digérer. Il faut savoir gérer intelligemment ses apports énergétiques sous peine de prendre du poids. Naturellement, un métabolisme lent répondra beaucoup mieux à une prise de masse mais demandera beaucoup d’efforts sur la sèche. 

Comprendre le metabolisme rapide

À l’opposé, un métabolisme rapide va exiger des apports énergétiques plus importants, plus réguliers, car la dépense naturelle est plus importante. Vous êtes plus souvent assez actifs, avec une tendance à digérer facilement vos repas et avoir faim assez rapidement. Un métabolisme rapide aura plus de facilité à sécher rapidement mais, souvent, de grandes difficultés à prendre de la masse. 

Les morphotypes

Étroitement liés aux différents métabolismes, les morphotypes sont également à prendre en considération selon les objectifs que vous vous êtes fixés. Sachez reconnaître chaque morphotype, afin de mieux vous situer.

Les ectomorphes

Ils ont en général un physique plutôt sec, dessiné et assez bien défini. Ils présentent un métabolisme de base (= nombre de calories brûlées au repos) assez rapide.
Les avantages des ectomorphes : Il stockent assez peu les graisses et peuvent conserver une bonne définition musculaire même lors de régimes hypercaloriques. 

Les morphotypes en musculation

Les inconvénients : leur métabolisme rapide les empêche souvent de prendre de la masse puisqu’ils brûlent rapidement les calories ingérées. Pour qu’ils puissent prendre de la masse efficacement, les ectomorphes doivent veiller à conserver un régime hypercalorique contenant des aliments de bonne qualité. Les phases de prise de masse sont souvent éprouvantes pour les ectomorphes.

Les mésomorphes

Ils se présentent sous un physique assez musclé, sans trop de masse grasse. Ils ont un métabolisme basal moyen, ce qui leur permet de prendre de la masse plus facilement qu’un ectomorphe. En revanche, ils stockent les graisses plus facilement.
Les avantages des mésomorphes : on peut dire que les mésomorphes ont le métabolisme idéal pour pratiquer le bodybuilding puisque les phases de prise de masse comme les phases de définition musculaire ne présentent pas d’autres difficultés que la rigueur du régime alimentaire et de la planification de l’entraînement.
Les inconvénients : il y a assez peu d’inconvénient à être mésomorphe, comparé aux deux autres morphotypes.

Les endomorphes

Les endomorphes ont souvent un physique massif, des articulations épaisses et une tendance à prendre du poids facilement.
Les avantages des endomorphes : Ils prennent de la masse musculaire facilement et n’ont pas besoin de se soumettre à des régimes hypercaloriques pour développer leurs muscles. Ils doivent essentiellement veiller à apporter la quantité de protéines nécessaire à la construction musculaire. Ils n’ont pas non plus besoin de consommer de gainer ou de mixtures hypercaloriques.
Les inconvénients : Les endomorphes stockent du gras facilement et font souvent beaucoup de rétention d’eau. Ainsi, ils doivent constamment veiller à ne pas consommer trop de glucides s’ils veulent éviter de stocker trop de gras. Aussi, les endomorphes ont beaucoup de mal à atteindre une bonne définition musculaire, notamment à cause de leur métabolisme lent. Ce sont les moins chanceux, puisque leur régime alimentaire ne peut souffrir d’aucun écart, et qu’ils doivent faire beaucoup plus de cardio que les deux autres morphotypes pour atteindre une sèche équivalente.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *