La mésothérapie … Une révolution ?

Vous n’en avez sans doute jamais entendu parler, et pourtant la mésothérapie existe depuis bien longtemps.

Méthode thérapeutique créée en 1952, la mésothérapie est une technique de traumatologie du sport à part entière, la mésothérapie a mis du temps à devenir officiellement reconnue dans le milieu médical. 

La mésothérapie : c’est quoi ?

Technique supplémentaire de l’arsenal thérapeutique du sportif, la mésothérapie est un traitement local qui utilise des médicaments à base d’anti-inflammatoires, de décontractants musculaires, de vitamines, de magnésium ou des produits anesthésiques. 

En gros, on va choisir un mélange de produit adéquats, en fonction de l’endroit à traiter.

Le principe consiste à injecter le produit à l’intérieur de la peau, de manière superficielle grâce à des aiguilles de 3 à 4 mm. La peau va être utilisée comme un “réservoir de médicaments” qui va ensuite envoyer en profondeur le produit sur les 4 à 5 jours qui suivent. Et c’est à l’aide d’une seringue à main ou par le biais d’un pistolet, que le médecin vous injectera le produit proche de la zone douloureuse. L’injection dure environ 30 secondes. On n’injecte pas directement dans le tendon ou l’articulation mais dans la peau en regard de la zone à traiter. Cela permet d’avoir une action très localisée d’autant plus qu’il n’y a aucun passage de produit dans le sang. 

Technique cousine de l’infiltration ?

Avantage donc de la mésothérapie sur les produits ingérés qui ont, eux, un effet sur l’ensemble du corps humain. Il y a peu d’effets secondaires contrairement aux anti-inflammatoires par voie orale qui peuvent provoquer des atteintes au niveau rénal ou des douleurs d’estomac. De la même manière, la mésothérapie a aussi l’avantage de profiter d’un traitement plus long, puisqu’il met plus de temps à arriver sur la zone douloureuse.

La mésothérapie est aussi à distinguer de l’infiltration, de par la contenance des produits infiltrés et l’aiguille utilisée qui sera plus fine et moins longue en mésothérapie. 

Pour ce qui est de l’infiltration, elle utilise des corticoïdes qui sont les anti-inflammatoires les plus puissants. On ne peut pas les utiliser en sous-cutané. Ils peuvent avoir des effets secondaires au niveau des glandes surrénales, provoquer des problèmes d’infection lors de l’injection et si on va plus loin, de rupture tendineuse après l’infiltration. D’ailleurs, ils peuvent être reconnus en tant que produits dopants. Ce n’est pas le cas de ceux utilisés en mésothérapie. 

Les bienfaits de la “mésothérapie”

S’intégrant dans une prise en charge globale du sportif, la mésothérapie semble intervenir en tant qu’anti-douleur mais aussi au service du bien-être.

Elle a une action anti-inflammatoire, défibrosante et cicatrisante qui permet d’accélérer la guérison. 

Côté bien-être, la mésothérapie semble être un moyen de décontraction musculaire. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *